Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu du site, les annonces publicitaires et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations avec nos partenaires, de publicité ou d'analyse mais aucune de vos données personnelles (e-mail, login).
 

Evénement à venir :

  Bide & Musique : soirée des 20 ans !


  Lieu : Seven Spirits (7 rue St Hélène, 75013 Paris), le 3 octobre 2020. Plus d'infos

Fiche disque de ...

Et la pop culture, bordel ! - Emission n°014

Voir du même artiste


Titre : Emission n°014


Année : 2020


Auteurs compositeurs : Gael27


Pochette : B&M


Durée : 30 m 30 s


Label : B&M


Référence : ELPCB014



Présentation : Et la pop culture bordel ! Nouvelle émission présentée par Gaël qui vous propose des anecdotes et des chansons pour oublier un peu qu'on est tous coincés à la maison.

Au programme : Aucune honte, une face B géniale, du confinement, un remix, une parodie et hymne de stade.

Des bides, de la musique et de la pop culture au programme.

Plus d'infos

Écouter le morceau
Partager ce morceau
Se procurer ce disque via CDandLP.com:

 

Commentaires

Voir tous les commentaires

1 commentaire
Flaming Youth Le 03/04/2020 à 21:18
N'étant franchement pas fan de parodies (tant cinématographiques que musicales), j'ai poussé un ouf de soulagement quand j'ai compris qu'on aurait droit en fin de compte à un titre que j'aime beaucoup (mais que je ne vois pas vraiment comme une parodie, malgré de fortes ressemblances avec Cloclo).

Et je vois que Gael a bien révisé, c'est vrai que Scorpions et (plus encore) Bon Jovi peuvent être classés en hard FM au vu de leur production des années 1980, mais Kiss s'y est également livré avec les albums Crazy Nights en 1987 et Hot in the Shade en 1989.
Les deux sont des albums peu appréciés des fans (voire considérés comme leurs pires par beaucoup, mais il y a aussi des fans qui les adorent), je trouve personnellement le premier assez sympathique, ce n'est ni le plus hard ni le plus ambitieux de la discographie du groupe, mais il a produit trois singles - tous chantés par Paul Stanley - fort sympas ("Crazy crazy Nights", "Reason to live" et "Turn on the Night"). Les autres titres de Paul sont assez kitsch, "Bang Bang you" (un titre joué systématiquement pendant la tournée puis complètement oublié) se permet notamment un petit clin d'œil à "Love Gun" sorti 10 ans auparavant. Même Gene Simmons, qui n'était pas à la fête à l'époque et dont les chansons étaient souvent très moyennes car il s'intéressait plus à sa carrière cinématographique à l'époque, nous livre des bons titres ("Good Girl gone bad", "Turn on the Night" - "No, no, no" est par contre assez moyen mais passe bien en concert).
Hot in the Shade est plus mitigé en terme de qualité, mais il produira quand même le hit "Forever", l'unique chanson originale chantée par Eric Carr (qui d'habitude se cantonnait à reprendre des chansons comme "Black Diamond" ou "Young and wasted" chantées au départ par un autre membre du groupe et qu'il chantait en concerts - on lui aura même fait chanter "Beth" pour une compil, vraisemblablement plus pour embêter Peter Criss qu'autre chose) avec "Little Caesar" et une tentative de copier le tube "Pour some Sugar on me" de Def Leppard (paru en 1987 sur le tubissime Hysteria) avec le très kitsch "Read my Body". L'album parait très incohérent, les 15 chansons (pour remplir le CD) paraissent trop et en terme de qualité, il y a un bon tiers qui parait assez clairement être là pour remplir.
On notera toutefois que deux chansons de Gene Simmons (l'agressif "Betrayed" et l'accrocheur "The Street giveth and the Street taketh away") ont été coécrites avec Tommy Thayer qui était surtout connu à l'époque pour être le guitariste du groupe Black N Blue avant de devenir un exécutif (et guitariste de session) pour Kiss, puis de remplacer Ace Frehley dans le rôle du Spaceman après le départ de celui-ci à l'issue du Farewell Tour de 2000/2001. On pourra ensuite l'entendre sur les deux albums sortis par Kiss au 21ème siècle, Sonic Boom (où il chante "When Lightning strikes", titre qui rappelle le "T.N.T." de AC/DC) en 2009 et Monster (où il chante "Outta this world") en 2012.

Désolé pour le roman, mais bon, on dira que c'est pour votre culture. :p

Il faut être identifié pour ajouter un commentaire !