Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu du site, les annonces publicitaires et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations avec nos partenaires, de publicité ou d'analyse mais aucune de vos données personnelles (e-mail, login).
 

Forum : Bla bla

Auteurs Messages
Claude Bukowski
Abrégé de Lettres
Claude Bukowski - Abrégé de Lettres
Inscrit depuis le 22/03/2006
Re: Tout va très bien ; pourtant on déplore un tout petit rien ! Le 26-01-2013 à 20:56:57
Moui. Il existe un truc dont usent certains auteurs de textes (mais pas tous, loin de là ; Dieu merci ! Par exemple les grouillots de AB Production se sont toujours tenus à l'écart de cette engeance. C'est par contre un truc qu'on rencontre assez régulièrement dans les chansons d'Amélie Morin) ; ça s'appelle la poésie.

Renseigne-toi là-dessus. Tu verras que beaucoup de chansons font usage de ce procédé, qui produit des textes un peu plus subtils que "-Bonjour Madame Micheneux, fait doux aujourd'hui hein ? -Ho oui, on a une belle arrière saison, mais c'est-y pas la petite Amélie que je vois là, qui s'en va vers le bois avec sa cousine ? Z'ont pas peur ces deux mijaurées, après si y arrive queutchose on dira encore que c'est la faute aux autorités, j'vous jure !"
Bon, je dis ça, je dis rien.
kellygarrett
À sa demande
kellygarrett - À sa demande
Inscrite depuis le 17/03/2009
Re: Tout va très bien ; pourtant on déplore un tout petit rien ! Le 26-01-2013 à 21:24:13
Je te trouve un peu injuste sur ce coup-là, Claude. C'est vrai que l'utilisation de ce mot paraît un peu bizarre, et je ne trouve pas ça très poétique, non.

Et puis, dans ce cas-là, on peut fermer ce fil sous prétexte que les auteurs ont bien le droit de dire ce qu'ils veulent-c'est-de-la-poésie-t'as-rien-compris-toi!

Menfin…
(Coin coin) PAN !
Claude Bukowski
Abrégé de Lettres
Claude Bukowski - Abrégé de Lettres
Inscrit depuis le 22/03/2006
Re: Tout va très bien ; pourtant on déplore un tout petit rien ! Le 26-01-2013 à 21:28:22
Tant pis. J'assume.
"affublé d'une personne", je trouve pourtant que c'est très parlant. Bon, je ne donnerai pas d'exemple trop éloquent non plus, j'ai peur de vexer du monde ;)
Flaming Youth
Plus beth que méchant
Flaming Youth - Plus beth que méchant
Inscrit depuis le 07/05/2006
Re: Tout va très bien ; pourtant on déplore un tout petit rien ! Le 26-01-2013 à 21:43:57
Plutôt que "affublé", "flanqué" conviendrait mieux (y compris dans le sens vexant évoqué par Claude).
hug semble donc être resté à la licence d'anglais et avoir oublié la licence poétique, si je comprends bien le sens des propos de Claude qui se veut volontairement peu clair, car c'est là aussi une licence poétique.
Celeste Esther
Dépendante
Celeste Esther - Dépendante
Inscrite depuis le 09/11/2012
Re: Tout va très bien ; pourtant on déplore un tout petit rien ! Le 26-01-2013 à 21:48:21
L'expression « être affublé de quelqu'un » existe bel et bien. Selon le Dictionnaire des Trésors de la Langue Française : « S'affubler de qqn, être affublé de qqn.
1. Être constamment et bizarrement accompagné de quelqu'un :
5. … elle ajouta : « On ne peut plus le voir sans qu'il soit affublé de ce grand escogriffe, de cette espèce de garde du corps. » M. PROUST, À la recherche du temps perdu, La Prisonnière, 1922, p. 245.
2. Se coiffer, s'entêter, s'enticher de quelqu'un ou de quelque chose. ,,S'affubler de quelqu'un, l'avoir toujours avec soi.`` (DG) :
6. S'affubler de quelqu'un, veut dire s'entêter de lui, en sorte qu'on ne fasse plus rien que par lui. J.-F. ROLLAND, Dict. du mauvais langage, 1813, p. 5.»
Mais il est vrai que ce n'est pas commun, surtout dans les chansons.
Claude Bukowski
Abrégé de Lettres
Claude Bukowski - Abrégé de Lettres
Inscrit depuis le 22/03/2006
Re: Tout va très bien ; pourtant on déplore un tout petit rien ! Le 26-01-2013 à 21:48:49
Oui Flam', "flanqué" fait bien la Rue Michel. Mais alors il manque un pied.
Et aller au bois à cloche pied, c'est pas bien pratique, avouez.

Et merci Céleste pour cette belle intervention. S'il est vrai que l'expression n'est pas courante, surtout dans des chansons, il faut bien reconnaître qu'Amélie Morin et ses auteurs ont toujours aimé mettre leur auditoire en léger porte-à-faux. Donc, une expression un peu incongrue ne me dérange pas dans le répertoire d"Amélie. Au contraire.
hug
Festival ^^^
hug - Festival ^^^
Inscrit depuis le 05/04/2003
Re: Tout va très bien ; pourtant on déplore un tout petit rien ! Le 26-01-2013 à 22:22:12
Posté par Claude Bukowski :
Moui. Il existe un truc dont usent certains auteurs de textes (mais pas tous, loin de là ; Dieu merci ! Par exemple les grouillots de AB Production se sont toujours tenus à l'écart de cette engeance. C'est par contre un truc qu'on rencontre assez régulièrement dans les chansons d'Amélie Morin) ; ça s'appelle la poésie.
quote]
Tu écouterais certaines chansons de Dorothée écrites et composées par Michel Jourdan (Je ne sais pas moi "ça compte aussi la gentillesse" ou "Je veux qu'on m'aime" par exemple) et n'importe quelle reprise de chansons populaires qu'elle a faites seule pour l'émission "Discopuce" et paru chez AB sous la collection "Le jardin des chansons", tu atténuerais un peu ton jugement, certainement. Ceci dit, oui, à partir de 1991, chez AB, la poésie ils ne savaient plus ce que c'était. [quote=Celeste Esther]L'expression « être affublé de quelqu'un » existe bel et bien. Selon le Dictionnaire des Trésors de la Langue Française : « S'affubler de qqn, être affublé de qqn.
1. Être constamment et bizarrement accompagné de quelqu'un :
5. … elle ajouta : « On ne peut plus le voir sans qu'il soit affublé de ce grand escogriffe, de cette espèce de garde du corps. » M. PROUST, À la recherche du temps perdu, La Prisonnière, 1922, p. 245.
2. Se coiffer, s'entêter, s'enticher de quelqu'un ou de quelque chose. ,,S'affubler de quelqu'un, l'avoir toujours avec soi.`` (DG) :
6. S'affubler de quelqu'un, veut dire s'entêter de lui, en sorte qu'on ne fasse plus rien que par lui. J.-F. ROLLAND, Dict. du mauvais langage, 1813, p. 5.»



Oui, merci Celeste ! Dans le cas de la chanson "Toute seule le soir" d'Amélie Morin, la signification correspond au premier sens des définitions que tu proposes. Merci !
Pagerolau
Aronde de Nuit
Pagerolau - Aronde de Nuit
Inscrit depuis le 03/10/2006
Re: Tout va très bien ; pourtant on déplore un tout petit rien ! Le 27-01-2013 à 12:44:07
Posté par Flaming Youth :
Plutôt que "affublé", "flanqué" conviendrait mieux (y compris dans le sens vexant évoqué par Claude).
Ben ça par contre, ça aurait été maladroit.
Redite, redondance.
Parce que, et c'est Hug qui nous renseigne : (La phrase précédente est"Je vais au cinéma flanquée d'une fausse copine").

Expressions subtiles ET variées, dans cette chanson…
Jaspion
Asile
Jaspion - Asile
Inscrit(e) depuis le 10/04/2003
Re: Tout va très bien ; pourtant on déplore un tout petit rien ! Le 29-01-2013 à 14:31:04
http://www.bide-et-musique.com/song/360.html

La première fois que j'ai entendu ce titre, j'ai trouvé que "jmézun pied devant l'autre" sonnait très mal. Ca sonnait comme un z euphonique. Même si c'est sans doute incorrect de ne pas faire la liaison, il aurait pu chanter "jméhun pied devant l'autre".
otelle
Sain(e) d'esprit
Inscrit(e) depuis le 10/09/2004
Re: Tout va très bien ; pourtant on déplore un tout petit rien ! Le 11-10-2020 à 21:53:29
Dany Brillant - J'aime la musique :

"Elle me donne espoireu
Quand mon cœur est noireu"
hug
Festival ^^^
hug - Festival ^^^
Inscrit depuis le 05/04/2003
Re: Tout va très bien ; pourtant on déplore un tout petit rien ! Le 20-10-2020 à 04:02:21
En 1979, Philippe Chatel fait entre-autres artistes, appel à Sylvie Vartan pour l'enregistrement du double-album original de son conte musical "Emilie Jolie".

Sur le double-album original, Sylvie Vartan y crée donc la "Chanson de l'autruche", dans laquelle elle fait une grossière erreur de prononciation qui m'exaspère et m'écorche les oreilles à chaque fois que j'écoute la chanson et essaie de chanter avec, à savoir :

"Tous-les-rê-ves-de-ma-vie-j'les-pas-se (Tous les rêves de ma vie j'les passe),jusqu'à présent, rien de choquant c'est français.

Au-fond-d'un-ca-si-no-d'Las-Ve-ga-sse (Au fond d'un casino d'Las Vegasse (Aïe ! En insistant bien en plus sur le "se" final de Vegasse, pour bien faire rimer avec "pas-se" !).

Or, Madame Vartan, qui à l'époque enregistrait déjà depuis de nombreuses années aux Etats-Unis (Si elle n'y avait pas déjà une maison) devrait le savoir : Mais il n'y a pas de "se" final dans cette phrase qui tienne car Vegas s'écrit V.E.G.A.S.).

Il aurait été donc bien plus correct grammaticalement parlant (Et pour les rimes et vers), qu'elle chante cette phrase de cette façon :

"Tous-les-rê-ves-de-ma-vie-je-les-pa-asse (En chantant "Je les", et non "J'les" en une fois et en insistant sur le "a" de "passe" mais pas sur le "se" final)
au-fond-d'un-ca-si-no-de-Las-Ve-ga-as. (En chantant le "de" et en insistant sur le "a" de "Vegas", mais avec ainsi pas de "se" final inutile à "Vegas" !).

Ou même en chantant : "Tous-les-rêves-de-ma-vie-j'les-pa-asse (En insistant sur le "a" de "passe" mais pas sur le "se" final, tout en gardant l'élision j'les)
au-fond-d'un-ca-si-no-d'Las-Ve-ga-as. (En gardant d'Las, mais en chantant "Vegas" en insistant sur le "a" du mot). Mais en tout cas, en ne rajoutant pas un "se" inutile à "Vegas" !!

Le pire, c'est que cette chanson a ensuite été enregistrée par Diane Dufresne, chanteuse francophone, mais originaire du Canada francophone, du Québec, donc d'Amérique du Nord, le continent où se trouve Las Vegas), et par Maurane, qui, elle, avait l'excuse par rapport aux deux autres, en tant que belge francophone, de n'avoir aucun lien avec l'Amérique du Nord, contrairement aux deux autres.

Par Diane Dufresne en 1980, lors de l'enregistrement de la version télévisée d'"Emilie Jolie" réalisée par Jean-Christophe Averty, remplaçant ainsi Sylvie Vartan au pied-levé, car celle-ci était aux Etats-Unis (Peut-être pour sa découverte de Las Vegas ! Je plaisante !) au moment où cette version du conte a été enregistrée et filmée. Puis par Maurane en 1997, lors du nouvel enregistrement du double-album du conte musical, reprenant les chansons du double-album de 1979 mais chantées par des interprètes différents, et avec, en plus des chansons jusque-là inédites.

Mais Diane Dufresne et Maurane ont à nouveau commis l'énorme erreur de prononciation déjà commise par Madame Vartan en 1979 !

Il faut être identifié pour participer au forum !